SCB #8 : J.cole, Nas et Fela Kuti

Ça c’est quand même rare dans le rap, un mc qui fait un mea culpa sur ses choix artistiques. C’est là où on peut voir la grandeur de J.Cole, qui, dans « Let Nas down » nous raconte son début de carrière, la pression mise sur ses épaules (par Jay-Z notamment) pour sortir des hits, lui qui, comme un Kendrick était dès le départ, considéré comme l’un des grands espoirs du game.

Il raconte sa rencontre avec l’une de ses légendes, à savoir Nas himself!!! Et à sa grande surprise le « God’s son » lui dit être fan de son boulot et voir en lui, l’avenir du hip hop. Ça va au niveau pression ou pas?!?

La sortie de son disque sans cesse repousser par la production, il finit par se plier aux choix de son label et sort « Friday Night Lights » (Que j’adore perso) et Nas déteste… la loose!!! Cole est désoeuvré et décide de prendre la direction de sa carrière, quitte à perdre les majors, la radio, ce qu’il veut, c’est faire le hip hop qu’il aime, celui qu’il pense être vrai!!! En résulte la carrière qu’on lui connaît…

Dans le remix que je vous ai mis, on a le droit en bonus, à un énorme couplet de Nas, sorte de contre-plaidoyer, pour expliquer qu’il comprend les choix de Cole et qu’il est lui-même passé par là et qu’il lui donne le flambeau, sa couronne, sa confiance, il le valide en quelquesorte.

Et le sample alors? Et bien, amis fans de l’afrobeat, oubliez MHD et les autres, le père de cette musique, c’est lui: Fela Kuti!!! Sans lui, nous n’aurions sans doute pas la multiplication de ces morceaux hyper dansants dont nos jeunes raffolent.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Fela Kuti, c’est généralement de l’afro funk avec des morceaux longs, souvent une dizaine de minutes, pourvu d’une rythmique de malade et très souvent avec peu de paroles, elles arrivent la plupart du temps tard dans le morceau et sont assez répétitives.

C’est le cas ici, sur « Gentleman », le sample utilisé par J.Cole est issu du disque du même nom, sorti en 1973, toujours en compagnie de sa mythique formation musicale, les Africa70. Près de 10 minutes de sax en solo, avant de changer d’instrument, Fela passe derrière le clavier pour pouvoir chanter son incompréhension de ses compatriotes qui souhaitent suivre la mode Européenne et qui selon lui, perdent leur identité.

Pour illustrer ça, l’artiste Nigérian fait un choix de couv satyrique, où l’on peut voir un singe habillé avec un manteau. Le choix est assez controversé, mais fort de sens, pas surprenant pour un artiste qui n’a jamais eu peur de faire valoir ses opinions.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Salvaing dit :

    Bonjour Low Low,
    La qualité est toujours là, c’est cool !👍
    Guillaume.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s